30 mai 2010

Les Ninjas se mobilisent contre la loi sur le port du niqab !

Communiqué de presse émis par le Syndicat Français des Ninjas et Shinobis, le 28 mai 2010.

Chère concitoyens, chères concitoyennes.

Le Syndicat Français des Ninjas et Shinobis, après concertation, a décidé de se positionner clairement en défaveur de la loi sur le port de la burq... heu... du niqab.

Cette loi a pour objectif de défendre la dignité de la femme mais, afin de ne pas porter atteinte à la dignité des musulmans, empêchera toute personne de se couvrir le visage dans les lieux publics. Les ninjas, profession issue d'une tradition japonaise, ne sont ni des femmes ni des musulmans, et seront pourtant sujets à des poursuites judiciaires dans le cadre du port rituel de leur costume de travail.

Hier, jeudi 27 mai 2010, Tetsu Yano, un confrère ninja âgé de 28 ans, a été interpelé par les forces de l'ordre alors qu'il conduisait sa trottinette sur les Champs-Elysées et verbalisé parce que, d'après les agents de police, le port de son masque de ninja nuisait au bon maniement de sa trottinette ! M. Yano conteste cette amende et nous le soutenons, face à ce qui est une discrimination pure et simple !

La profession de ninja, depuis plus d'un siècle, a déjà été mise à mal par les lois soi-disant progressistes de ce pays ! L'assassinat pour raison d'État ayant été aboli en France après le Second Empire, nombre de nos confrères ont été contraints de travailler dans l'ombre, sans protection juridique et hors du cadre de la loi. Plusieurs d'entre eux, quoi que travaillant légitimement pour les gouvernements successifs, ont été emprisonnés et condamnés pour avoir simplement exercé leur métier !

Notre dignité a par ailleurs été mise à mal lorsque le port d'arme a été totalement interdit : un ninja qui marche dans la rue sans son sabre est un ninja à demi nu !

Aujourd'hui, notre corporation officie essentiellement dans les domaines de la sécurité et de la protection des personnes et des lieux, ce qui est déjà dégradant en soi compte tenu de notre grande tradition d'assassinats ! Dégradant mais toujours dangereux ! Les ninjas risquent régulièrement leur vie pour protéger les monuments historiques de ce pays : tout le monde se souvient avec émotion du sacrifice héroïque de Yukihiro Watanabe en 1997, qui tentait de protéger Johnny Hallyday du terroriste Pascal Obispo ! 

Nous avons déjà suffisamment souffert de ces injustices, sans même parler de cette mode insultante qui consistait, au début des années 1990, à nous comparer sans cesse à des tortues !

Brice Hortefeux, ministre de l'intérieur, nous a déjà fait part de sa considération, déclarant sur TF1 que les ninjas pourraient continuer à porter leur costume traditionnel dans le cadre de leur métier. Ce que M. Hortefeux semble ignorer, c'est que le ninja vit sa profession à chaque instant. Ninja est d'ailleurs davantage qu'une simple profession, c'est une foi, c'est un engagement, c'est une allégeance à un code strict. Le ninja pense à sa mission tous les matins en se rasant ! Le ninja mange ninja, dort ninja, fait l'amour ninja... L'idée même de ne plus pouvoir aller acheter notre pain le dimanche matin, en arborant fièrement notre costume et notre masque, est une insulte !!!

Par ailleurs, et ce indépendamment de nos intérêts personnels, la loi sur le port de la burq... du niqab nous semble poser de gros problèmes en termes de sécurité publique : interdire aux conducteurs de motos, de mobylettes et de scooters de porter un casque ne manquera pas de causer d'innombrables décès ! Il y a là un contre-sens avec la volonté affichée par le gouvernement de rendre les routes plus sûres ! 

Pour toutes ces raisons, pour la discrimination dont nous serons victimes si cette loi est votée, les 28 membres du Syndicat Français des Ninjas et des Shinobis refusent la loi sur le port de la burq... du niqab, et se mobiliseront chaque dimanche après-midi, avenue des Champs-Elysées, afin de sensibiliser l'opinion publique à notre cause !

Vive la République, vive la France, vivent les ninjas !!!

29 mai 2010

L'aube après eux

si je devais m'aventurer
au-delà du joli col
de leur thé russe, eau travestie
sans les images de plages

si je devais me dissimuler
derrière des abris de chair
pour me protéger
d'un épilogue (leur mort n'est pas la mienne)

si je devais manger ces doigts & ces bouches
d'un appétit d'ogre à la mode
barbarie civilisée 
pêche en ligne, orgasmes soldés 

je me perdrais sur ce chemin
je me noierais dans ces sillons
mais j'ai comme un plan dans ma tête
une prophétie jolie 
pour enrager les banquiers temporels

si je devais me référer
aux vieilles photographies
pour préparer le banquet
de ma révolution

si je devais attendre que
les jungles se couvrent de ciment
ronger les poutres dans les yeux des autres
& répandre des pluies d'acide

si je devais remplir 
des formulaires de vies à vendre
compromettre la cartographie
à grands coups d'emprunts équivoques

je me perdrais sur ces idées creuses
je me perdrais dans ces visions de crises
mais j'ai comme une fantaisie concrète
une autre graine d'apocalypse
pour conjurer les faiseurs d'âmes

si je devais regarder dans les yeux
les barbus obèses des squats
prostituer ma délinquance
pour complaire à leurs anarchies

si je devais passer des nuits avec
des femmes qui ne sont pas ma femme
me contenter de cendriers pleins
aux lendemains d'orgies sans lendemains (beentheredonethat)

si je devais télécharger sans cesse
ce top 50 inépuisable 
bouffer ces ritournelles au petit déjeuner
graver leurs mots dans mon assiette

je me perdrais sur l'autoroute
ma peau tatouée par les pneus
mais j'ai comme un jeu dans ma tête
un tas de concepts éphémères
pour séduire dieu en feux croisés
& me gaver de son sourire

je maudirais ma propre route
si je suivais les avisés 
& leurs conseils de discipline

mais puisque j'ai l'éternité
j'aime autant rester & danser

jusqu'au bout de leur nuit
jusqu'au bout de leurs cris

mes yeux remplis d'encre de chine 
pour savourer l'aube après eux

(Suzhou, Chine - Août 2009)

27 mai 2010

Mystères, contrastes & karmas







































volutes enflammées de l’instant thé, moments choisis
je regarde devant derrière autour je détoure
inspecte la quête & ses impératifs
oui mais quoi ? oui mais pourquoi ?
leurre ? test ? voir ce qui reste…

danses avec les chiens & les chats, boucles entre les angles
ronronnent & repoussent en chœur le dernier des premiers baisers
dixième cigarette, corail croquette, ma joie !
l'instantané de toi me réécrit & m’enlumine
lumière dans la fumée

exercice #1 : positionner clairement ce qui détonne et ce qui tonne
je veux me noyer dans ces tonalités de « shh » & de « jhh »
contempler des crabes & des limules & caresser des crocodiles
je veux sans arrêt mais c’est juste si simple lorsque l’on sait 
que mystères, contrastes & karmas s'accouplent en interdits

le mouvement de ces cils pour mythifier ce lieu
bouleverser le moelleux, grignoter le bleu du ciel
qui là-bas pourrait m’offrir mieux qu’un ici ?
face à l'utopie vibrante & vivante
cristallisation & coraillisation

je savoure juste, tu savoures juste, tout est si juste & juste si…
cache-cache, flanelle & secret de polichinelle
pas de flics entre nos détours de magie
idylle au bout d'une île au bout d'un empire  
sanya l'australe, ayurveda tropical      

le goût des épices est de nouveau sucré sous ces auspices
petit come-back, dépayser m'est familier
mille-feuilles de mangue & quelques acquis partagés
ma bouche est close & mes mains presque muettes 
chuchotent à l'épiderme des berceuses  

mystères, contrastes & karmas
un petit peu de toi, un petit peu de moi
sincères & picotants, écarlates & candides
l’idée d’un idéal renaît à deux fleurs en un flirt
l’avenir se construit de petits bouts d’ailleurs

26 mai 2010

Divination -> exit

levée de boucles liées/ ouverts, les yeux
pensées lascives/ sentiment d’un troisième âge
nuits tombées sans crépuscule
spirale des angoisses/ envies inassouvies
cadavres de célébrités
prétention des ampoules économiques
petits signes
& leçons des anges

athées atterrés/ dur monde
corps qui s’écrasent contre les murs/ traînées de sang
idées blessées
& pourtant
obstination
à sauver des flammes

éclairage des nuées & des foules
acceptation des évidences
l’éternité reflète le vide/ du sommeil aux réincarnations
abnégation
acceptation
divination -> exit

idée de suicide pour diabétiques :
overdose de lait concentré sucré
combien de citernes/ combien de larmes ?
noyades en verres d’eau/ dissolution des armes
la vie : in extremis
samskaras/ loi sur le port de la cicatrice (dans les lieux publics)
en dépit de tout/ en dépit du mal
idée du propre au centre des pissotières

refus de croire
éclatement des sens
dictionnaire d’éponymes
autre chose
que cette triste
planète

baignade sémantique
scepticisme éventré
insignifiantes insignes/ médailles ripailles
quel sari porter pour danser ?
réalisation des nuages
divination -> exit

(une seule chose parvient à m’étonner :
les frissons d’horreur des frères & des sœurs dans leurs cathédrales
lorsque les salives de mara & shiva
dégoulinent
sur leurs prières)

petites annonces : « cherche messie »
guérir plus pour gagner plus
non merci/ jolies groupies
assumer n’est pas jouer/ jouer n’est pas accepter
impossibles anecdotes
tentaculaire vécu
parole exhibée nue
partage des frissons/ exode des frigidités

touche à tout
touche au tout
tout chaud tout/ doute inclus
croyance en l’épreuve
souffre & sourires
au cas où/ ?

éclairage public
enclumage public/ aussi
signalisation des conséquences/ assumée
& la mer qui s’écarte
devant les vacheries sacrées
divination -> exit

23 mai 2010

... (41)

sombres émeutes en clair
éprouvants éclairs zappés
indifférence des yeux devant l’abattoir
post-traumatique
humanité


17 mai 2010

De l'éblouissement...

« La rencontre de l'univers réel des états totalitaires et du « poème » de Kafka gardera toujours quelque chose de mystérieux, et elle témoignera que l'acte du poète, par son essence même, est incalculable ; est paradoxal : l'énorme portée sociale, politique, « prophétique » des romans de Kafka réside justement dans leur « non-engagement », c'est à dire dans leur autonomie totale à l'égard de tous programmes politiques, concepts idéologiques, prognoses futurologiques.
En effet, si, au lieu de rechercher « le poème » caché « quelque part là-derrière », le poète s'engage à servir une vérité connue d'avance (qui s'offre elle-même est qui est « là-devant »), il renonce à la mission propre de la poésie. Et il importe peu que la vérité préconçue s'appelle révolution ou dissidence, foi chrétienne ou athéisme, qu'elle soit plus juste ou moins juste ; le poète au service d'une autre vérité que celle qui est à découvrir (ce qui est éblouissement) est un faux poète »

Milan Kundera, L'art du roman.

7 mai 2010

Harcèlement climatique !!!

Ça s'appelle du harcèlement climatique et ça ne se terminera que lorsqu'il y aura des suicides collectifs devant l'Élysée !!! 12° en mai ? Révolution populaire !!!

Ils ont beau jeu d'invoquer le volcan finlandais pour se couvrir ! Ils savent bien que plus il fera froid et gris plus on votera à droite ! Honte sur le gouvernement : j'appelle à un suicide collectif et populaire devant l'Élysée pour montrer au pouvoir en place qu'on ne tolèrera pas plus longtemps le froid et la grisaille !!! Égorgez vos femmes et vos enfants devant Matignon, posez des bombes dans le métro parisien, explosez les élites polonaises (qui donnent le mauvais exemple) et les élites françaises !!! Quand j'étais petit, il faisait chaud en mai !!! Ça s'appelle du harcèlement climatique et ça ne se terminera que lorsqu'il y aura des suicides collectifs devant l'Élysée !!!

Et quant à la Gauche qui nous fait chier avec la pauvreté, la crise du logement, le chômage, l'exclusion, le racisme, les reclassements et toutes ces conneries : qu'on commence par le B.A.=ba, c'est à dire la chaleur, et on pourra alors discuter du reste !!!

PRIORITÉ AU RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE !!! Ne comprenez-vous pas que tout le reste n'est que diversion, qu'on vous prend pour des cons ?!
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...