21 septembre 2009

L'homme qui vivait la nuit

Après La malédiction du plombier-garou, Justin Chien, Cassandre et Le Long Halloween, voici la cinquième des huit histoires pour enfants écrites à l'automne 2005. En bonus, les recherches sur le personnage de mon ami Jérôme Dupré La Tour, qui avait envisagé un temps d'illustrer l'histoire (et pour ceux qui aiment son trait, nos deux autres collaborations sont visibles ici et ). À noter que l'anecdote des voisins rue de l'Annonciade, qui enduraient le tapage nocturne sans sourciller, mais venaient sonner si je mettais la musique fort à dix heures du matin, est véridique (lol !).


L'HOMME QUI VIVAIT LA NUIT

Il était une fois un homme qui vivait la nuit. Depuis sa plus tendre enfance, Monsieur Lune n’avait jamais pu fermer l’œil de la nuit, et dormait toute la journée. S’il suivait son rythme naturel, il se levait à huit ou neuf heures le soir, et se couchait à dix ou onze heures le matin.

Bien-sûr, cela n’était pas sans lui poser bien des problèmes… Par exemple, il n’avait pas pu terminer ses études parce qu’il dormait toujours en classe, ce qui agaçait beaucoup ses professeurs…

Quant à se faire des amis : à chaque fois qu’on l’invitait à dîner, il manquait le rendez-vous… parce qu’il ne s’était pas réveillé à temps.

Monsieur Lune avait tout de même réussi à trouver un travail qui lui convenait : il s’était fait veilleur de nuit. Mais il dormait mal la journée à cause du bruit des marteaux-piqueurs, des voitures, des voisins, des marteaux-piqueurs des voisins en voiture…

Monsieur Lune était donc toujours fatigué, et sa vie était bien compliquée. Connaissez-vous beaucoup de jeunes filles qui acceptent un rendez-vous galant… le matin ?

Sans parler des magasins, qui l’obligeaient à faire ses courses à l’heure où il aurait aimé se prélasser devant la télé ou dormir…

Non, décidément, il n’était pas facile de vivre dans un monde qui n’était pas fait pour lui. Monsieur Lune aurait voulu lui aussi être un bonhomme de jour… ou que tous les autres soient des bonshommes de nuit…

Un beau jour, pourtant, il commença à avoir de gros ennuis : les nuits où il ne travaillait pas, il passait son temps chez lui puisqu’il n’y avait rien à faire dehors. Alors pour s’occuper, il passait l’aspirateur, faisait la vaisselle, écoutait de la musique, regardait la télévision…

Toutes activités qui n’étaient pas du goût de ses voisins, car l’immeuble était fort mal insonorisé. Monsieur Lune avait beau essayer de vivre en silence, il ne pouvait pas éviter de faire un peu de bruit…

Ainsi, son propriétaire lui annonça finalement qu’il était expulsé pour cause de tapage nocturne à répétition. Monsieur Lune fut bien embêté.

Il passa tout d’abord des matinées entières à chercher un appartement. Mais comme dans les grandes villes il est dur de trouver un appartement, il démissionna de son travail pour avoir le temps de chercher. Mais il s'aperçut alors qu'il est encore plus dur de trouver un appartement quand on n’a pas de travail…

Finalement, il trouva quand même un grand appartement, dans un quartier que l’on appelait « la Croix-Rousse ». C’était au 13 de la rue de l’Annonciade, et Monsieur Lune ne savait pas trop si ce chiffre 13 allait lui porter chance ou malchance…

A peine installé, il décida qu’il en avait assez d’être décalé. Et puis, il ne voulait pas d’ennui avec ses nouveaux voisins ! Puisqu’il ne travaillait plus la nuit, il allait chercher un travail normal, et changer de vie une fois pour toutes ! Monsieur Lune était ravi de cette nouvelle résolution.

Il tâcha donc de se coucher le soir et bien sûr, il eut beaucoup de mal à s’endormir. Il faut dire qu’il ne s’était jamais couché à pareille heure ! Mais en plus, tous ses voisins écoutaient de la musique, parlaient fort et faisaient toutes sortes d’autres bruits, jusqu’à l’aube. Et Monsieur Lune fut agacé par le bruit des bouteilles débouchonnées, des voisins, des téléphones qui sonnaient, des téléphones des voisins qui débouchonnaient des bouteilles...

Le lendemain, fatigué mais déterminé, il partit de bon matin chercher un travail dans le quartier. Il regarda les petites annonces, mais il ne trouva que des emplois nocturnes, comme barman, disc-jockey ou vendeur dans des épiceries de nuit. « Voilà qui est bien curieux », se dit-il.

La deuxième nuit, il ne parvint toujours pas à dormir à cause des voisins et de leur musique. Bien que cela l’embêta, il alla donc sonner chez eux un par un pour leur demander s’ils pouvaient faire moins de bruit. Les voisins le regardèrent tous d’un air ahuri, comme si on ne leur avait jamais demandé quelque chose d'aussi bizarre. Néanmoins, ils dirent tous, très poliment, qu’ils allaient tâcher de faire attention.

Le jour suivant, il voulut commencer la journée en faisant ses courses : il lui manquait encore beaucoup de choses dans son nouvel appartement. A sa grande surprise, toutes les boutiques étaient fermées, et elles n’ouvraient pas avant le milieu de l’après-midi. « Voilà qui n’est pas commun », se dit-il.

La troisième nuit, les voisins recommencèrent à faire un vacarme de tous les diables. Monsieur Lune n’était pas content, mais alors pas du tout content. Mais il n’allait pas sonner chez eux tous les jours… il décida donc de mettre des boules Quies dans ses oreilles.

Il parvint donc à dormir, et se réveilla tôt. Comme il était en forme, il décida de finir de ranger son appartement. Monsieur Lune mit de la musique en faisant le ménage « Au moins, maintenant je ne dérangerai plus personne », songea-t-il avec soulagement.

Mais une demi-heure n’avait pas passé que quelqu’un sonna. Il coupa la musique, et entendit derrière sa porte de nombreuses voix en train de rouspéter. Qui cela pouvait bien être ?

Lorsque Monsieur Lune ouvrit, tous ses voisins étaient là, en pyjamas et furieux. « Vous ne pouvez pas faire un boucan pareil à dix heures du matin ! » crièrent-ils. « Il y a des gens qui dorment ici ! »

Monsieur Lune était effaré : à présent qu’il se décidait à vivre normalement, le monde se mettait à tourner à l’envers ! Désespéré, il se mit à pleurer.

Les voisins, qui n'étaient pas méchants, étaient bien ennuyés : qu’arrivait-il à ce pauvre Monsieur Lune ? Alors il leur raconta sa vie marginale, ses bonnes résolutions, et toutes les difficultés qu’il avait rencontrées depuis le début de notre histoires.

On lui expliqua qu’il était bien mal tombé : dans le quartier de la Croix-Rousse, il n’y avait presque que des artistes, et tout le monde vivait la nuit. A cause de cela, tout était fermé la journée, et la notion de « tapage nocturne » avait été remplacée par celle de « tapage diurne. »

Monsieur Lune n’en revenait pas : ici, c’était ceux qui vivaient le jour qui étaient décalés. Il pouvait donc mener son existence comme il l’avait toujours souhaité, sans gêner personne ! Les voisins l’invitèrent d’ailleurs à une fête qu’ils organisaient la nuit suivante, afin qu’il rencontre tout le monde.

Aujourd’hui, Monsieur Lune s’est fait plein d’amis qui vivent la nuit, tout comme lui. Il travaille dans un bar toute la nuit, et dort toute la journée dans le silence le plus complet. Il a même une fiancée.

Monsieur Lune est donc l’homme le plus heureux du monde. Comme quoi, même lorsque l’on est différent des autres, il y a toujours, quelque part, des gens comme nous. Il suffit de savoir les trouver…

19 commentaires:

hu=man a dit…

vient de le lire... arffff... moi j'ai pas encore vraiment trouvé.................. B'JOUR TiSHASHA !!! :D

Fanfan a dit…

çà y est j'ai lu aussi... et bien bonne nuit à toi!!!

Priya Goel a dit…

Intresting =). ohh by the way I think you are like "Monsieur Lune" =)

Thierry a dit…

Jolie cette histoire ... comme d'hab ! ^^
Merci Shaomi !

Brigitte,THE WALL a dit…

bonjour,SHAOMI,
c est trop mignon,cette histoire!!!
bises,
brigitte.

Rémi a dit…

Bien cette histoire !
C'est vrai que quand on est lyonnais, ou qu'on connaît Lyon et plus particulièrement la Croix-Rousse, on ne peut qu'être transporté !

Naarah a dit…

je viens de lire l'histoire de monsieur Lune et j'ai l'impression que ce n'est que le début de très jolies découvertes...

le14 a dit…

Chercher la bête en soi, et la déloger... ;-)

Antho a dit…

Joli texte...

Françoise (Fanfanchatblanc) a dit…

J'adore l'histoire de Monsieur Lune.. c'est un peu mon histoire car noctambule je suis.. Suis madame Lune en fait..

Aurélie - TrIcOtEuSe De MoTs a dit…

C'est mignion ton texte. C'est super pour un livre pour enfant. Avec de jolies illustrations. Sympa l'idée de donner des rdv amoureux à 10 heures du mat. Très sympa comme texte. mes compliments. Des bises. Auré

Pollux - écrivain/photographe a dit…

Bonjour Shaomi,
j'ai lu ton dernier texte et c'est une histoire pleine de soleil. C'est vrai, il suffit simplement de trouver des gens comme nous, pour se sentir bien. Très bien écrit, et pas seulement à l'usage des enfants... la preuve !
Amitiés
Pollux

Yume a dit…

Bonsoir

Comme promis, je viens lire tes textes. Le titre de celui-ci m'a bien plu, et je n'ai pas été déçue. C'est une bien jolie histoire, qui nous rappelle qu'il n'est pas toujours bon d'aller contre sa nature. Rester soi même! C'est une bonne mentalité.

Bravo, et au plaisir de découvrir d'autres belles histoires.

Amitiés.

PetiteLune a dit…

J'aime beaucoup ce conte, une histoire accessible et originale, bravo!

Honey a dit…

Mon intuition me dit que tu es M. Lune...
Une fable poétique et sensible, pleine d'espoir.
Merci Shaomi.

Jeronimo a dit…

Bien sûr que je me rappelle de MrLune ! D'ailleurs c'est un peu inconscient, mais je me rends compte que le héros de mon livre actuel lui ressemble un peu ! ça fait du bien de le relire.

kattalin a dit…

Très joli, qu'on soit petit ou grand, la lune en soi sourit.

Yopito a dit…

Avec toute la compréhension d'un indien contraire ;-))

Hemera a dit…

oui,c'est vrai , on finit toujours par trouver des personnes qui nous ressemblent , il suffit de bien chercher ... :)) Peace !!!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...