12 juin 2009

Neweden/Mercure Liquide : fin d'un projet, fin d'une époque...

Ce soir, une aventure culturelle lyonnaise s'est terminée, qui fut probablement l'une des plus singulières de la vie artistique locale de ces quinze dernières années.

La revue Mercure Liquide sortait son dernier numéro, et célébrait de joyeuses funérailles lors d'une ultime soirée. Tous ne le savent pas, mais Mercure Liquide fut en fait l'ultime émanation du collectif Neweden, collectif pluridisciplinaire fondé en 1997 autour du fanzine Scrach, lui même né en 1995. Cette soirée était la dernière, ever.

Co-fondateur et de Scrach, et de Neweden, et de Mercure Liquide, ce n'est pas sans émotion que je vois cette page se tourner, même si j'avais quitté le projet depuis deux ans déjà. Je n'ai pas assisté à la soirée, pour diverses raisons, mais mon cœur était un peu là-bas tout de même.

Il y aurait sans doute une histoire à écrire autour de ces quatorze années, car quand je parle d'aventure je peux vous dire que c'en fut une sacrée ! Deux fanzines, une revue et une maison d'édition ; trois festivals et plus de trente autres événements où se mélangèrent concerts, danse, expositions, lectures, performances, projections et théâtre ; aux alentours de trois-cents artistes et bénévoles impliqués de près ou de loin ; quelques trois ou quatre milliers de spectateurs et lecteurs... Tout ça avec des bouts de ficelle et une foi inébranlable : Neweden aura bien vécu ! Que d'anecdotes et de moments ahurissants, hilarants ou difficiles, que de galères, de joies, de succès, d'engueulades et d'embrassades... Que de travail aussi. Si vous saviez le nombre de souvenirs qui m'assaillent quand je repense à tout ça ! Il y a eu des périodes d'accalmie, mais il faut comprendre que ce n'était pas juste un truc qu'on faisait, c'était un truc qu'on vivait, qui construisait et déconstruisait nos quotidiens, nos priorités, nos fêtes, nos amitiés, nos histoires d'amour parfois même.

Il y a une histoire à écrire, du premier numéro de Scrach, fanzine photocopié, tapé à la machine et tiré à 22 exemplaires jusqu'au dernier numéro de Mercure Liquide, revue classieuse reconnue nationalement, subventionnée et tirée à 500 exemplaires. Il y a une histoire à écrire, de la toute première New Eden Party dans un petit bar obscur jusqu'à nos soirées aux Subsistances ou au Croiseur (en passant par l'épique New Eden Week de juin 2000, un festival homérique, long d'une semaine, qui marqua pas mal d'esprits). Une histoire de projets impossibles et pourtant mis en œuvre, souvent titanesques au regard des moyens financiers et humains dont nous disposions. Une histoire de lieux aussi, ceux qui ont accueillis nos soirées, ceux que nous avons occupés plusieurs mois durant (la Casa Okupada, puis la Friche RVI à ses débuts). Et surtout une histoire humaine, de rencontres, de collaborations, tissée non seulement par une équipe (qui connut tant d'incarnations différentes) mais aussi par de nombreux acteurs de la vie culturelle locale, qui flirtèrent avec nous le temps d'un ou quelques événements.

La liste complète des contributeurs, artistes pour la plupart, est presque impossible à établir mais peut-être avec nos archives y parviendrons-nous un jour. Des tas de noms, de visages, me reviennent en mémoire en plus de tous ceux que je fréquente toujours. Certains étaient plus avancés que nous dans leur carrière, et nous ont généreusement donné un coup de pouce. D'autres, la majorité, ont fait leurs premières armes à nos côtés. Des tas de gens à qui j'ai envie de dire merci ! Merci d'avoir été là, merci d'avoir fait avec nous, merci d'avoir fait cette légende. Ce n'était peut-être qu'une petite légende lyonnaise, qui sera vite oubliée, mais il n'empêche que régulièrement je croise des gens qui évoquent avec émerveillement et gratitude tels ou tels moments qui les ont marqués, qui leur ont permis d'avancer dans leur vie, leur création ou leur carrière. C'est tellement bon de savoir que tout ça n'a pas servi à rien !

Alors en attendant d'évoquer tout le monde ou presque, de vous raconter un jour tout ça dans les détails, il y a quand même cinq personnes sans lesquelles je n'aurais rien fait du tout, et que je tiens à saluer en ce jour d'enterrement. Plusieurs autres personnes ont apporté des éléments déterminants quant aux directions artistiques du collectif et de ses projet. D'autres encore ont été très impliquées, voire vitales à certaines périodes transitoires. Mais il serait impossible de les nommer sans évoquer une foule de pourquoi et de comment. Aussi me contenterai-je aujourd'hui de vous parler des cinq personnes qui ont été, à mes côtés et à tour de rôle, la colonne vertébrale de Neweden.

Tout d'abord mon ami l'auteur de BD Frédéric Thirion, co-fondateur de Scrach, qui n'eut de cesse pendant deux ans de me tanner pour qu'on monte un fanzine, jusqu'à ce que je craque et accepte, sans imaginer une seconde où tout cela nous mènerait !
Il y a ensuite les deux personnes qui ont formé avec moi le « trio moteur » de la première « grande époque » de Neweden entre 1998 et 2001 : la danseuse et chorégraphe Florence Bordarier et le photographe Fred Grégeois. Nous avons traversé de telles tempêtes ensemble, à cette époque où le collectif comptait une quarantaine de membres ! Nous n'étions que des gamins de vingt ans, avec une immense envie de déplacer des montagnes, et nous les avons déplacées !
Il y a enfin les deux autres membres du second « trio moteur », celui du festival Garden Freaks et des années Mercure Liquide (2003-2008) : le photographe safran et la chargée de projet Marion Blangenois. Nous étions déjà moins jeunes et moins fous, l'équipe était plus réduite mais la tâche toujours aussi ambitieuse, sinon davantage. Grâce à eux, Neweden quitta la sphère de l'underground et mit en œuvre un projet plus mûr, plus abouti, plus cohérent aussi... Nous avions envie de déplacer d'autres montagnes, et de nouveau elles furent déplacées !

Sans tous les autres, nous n'aurions rien pu faire du tout.
Sans ces cinq personnes-là, je n'aurais jamais pu construire un bateau assez solide pour accueillir tous ces autres. À titre personnel, je leur dois beaucoup. À titre collectif, Neweden leur doit énormément.

Alors voilà, Neweden avait bien vécu : trop bien, trop vite et trop intensément pour vivre plus longtemps. C'est à peine une métaphore que de dire que le cœur a lâché... Le moment était venu d'explorer d'autres horizons, de faire chacun notre route. Les deux Fred se sont fait un peu plus discrets depuis quelques années, mais il continuent de faire leurs trucs dans leur coin, toujours avec le même plaisir. Je crois savoir que Marion prépare déjà un autre projet, et je ne doute pas un instant que ce projet sera à la hauteur de son talent d'organisatrice. Quant à Florence, safran et moi, en parallèle de nos projets personnels nous sommes en quelque sorte revenus aux sources, avec les Combustions Spontanées qui regroupent, entre autres, un certain nombre d'anciens membres et collaborateurs de Neweden. Et toujours, partout autour de nous, je vois naître (ou durer) d'autres collectifs, d'autres revues, d'autres talents... Je vois aussi nombre de ceux qui nous ont accompagnés murir, grandir, s'épanouir dans leur création. La scène lyonnaise est si riche !

Un jour je vous raconterai tout, promis ! En attendant, tout ce que je peux vous dire, c'est que c'était un sacré voyage, qui valait vraiment la peine d'être vécu ! Merci encore à tous ceux qui en ont fait partie, et bonne route à tous !

This is the end, my friends...
This is the beginning!

25 commentaires:

CLR a dit…

Amen!

Thierry a dit…

Yeeeaaaah Sincères Condoléances ^^

Jeronimo a dit…

Rest In Peace

Axelle Mas a dit…

Mais surtout merci à toi :)
Très émouvant, cette page qui se tourne.
Le chevalier d'éon te salue bien bas
AM

Yann Gibert a dit…

tu m'as tiré une larme l'ami...
Merci à toi, à Mercure, à New Eden pour cet espace que vous offert au publique Lyonnais et ses acteurs culturels durant toutes ces années... à bientôt !

DreamKorp a dit…

Magnifique Hommage!!!

Frédéric Pfalzgraf a dit…

Un bel hommage, Mad, parole d'ancien ;-)

Jérôme Dupré La Tour a dit…

Bravo à tous et de nouvelles choses j'espère se créeront !

emilie a dit…

merci pour l'émotion, c'est la fin d'une belle aventure mais le début d'autre chose. En tout cas ça montre que tout est possible!
émilie

Christine a dit…

Super parcours Sha'. Et, je sais qu'il te restes beaucoup à faire !
Bisous.
Christine.

Karo77 a dit…

J'étais juste dans un drôle de bateau que j'ai laissé voguer au gré des rencontres et des marrées...
J'aime bien quand les phares se rallument parfois, je pense au moi d'alors, à lui, à elle, à toi...
Merci de me garder dans un coin de ton navire
-certains nageaient sous les lignes de flottaison intimes à l'intérieur des foules, ah que oui Monsieur Cantat !-
...et pour l'hommage à cet équipage prolifique du vivier lyonnais, bon vent dans vos voiles à tous !

safran a dit…

pffff ça m'a brassé ton texte.
Mon cœur y était aussi un peu l'autre soir...

safran

Rodolphe a dit…

Acta est fabula :)

petite fleur a dit…

merci a toi mon ange. petite fleur

TiF. a dit…

rhhoooooooo j'ai encore certains des numéros de scratch moi. L'avantage des écrits..... Bonne époque, même si je suivais de loin; je me souviens de la soirée de lancement d'ailleurs...
plein de bisous mon mad

Aurelia Gd a dit…

J'ai été ravie de contribuer à la naissance de Mercure Liquide! ça a été une chouette aventure et j'en suis très fière! Bisous et merci de m'avoir fait confiance sur ce projet! Bisous

Sylvain GIRARDOT a dit…

je suis fais de chairs, d os et ce qui c est passé

Sylvain GIRARDOT a dit…

J'ai été ravie de contribuer à la naissance de Mercure Liquide! ça a été une chouette aventure et j'en suis très fière! Bisous et merci de m'avoir fait confiance sur ce projet! Bisous

Stéphanie Pata a dit…

Ah ben oui, faudrait les raconter, les histoires liées à cette folle aventure humaine et artistique !

Claude Curutchet a dit…

Merci à tous ! A toi Shaomi ... Snif ...

Aurelia Giraud a dit…

De très bons souvenirs que d'avoir fait partie de cette aventure! Bisous

Mary Say-say a dit…

Souvenirs :)

Mandy Rukwa a dit…

pour que naisse une autre aventure...un autre Eden...

Nicolas Manenti a dit…

Comme on disait souvent en Egypte, Sadate un peu comme nouvelle :)

Nicolas Manenti a dit…

ceci dit il y a plein de lyonnais qui s´en souviennent, j´an parlais justement l´autre fois avec des membres de l´Attrape-Couleurs...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...