8 novembre 2013

Ça plane pour moi moi moi moi moi

Hier, je publiais un échange de mail avec les éditions Ankama (je voulais pas faire de name dropping mais bon allez on s'en fout, de toute façon mes lecteurs habitués savaient de qui il s'agissait - par contre pour ceux qui sont sous valium, allez juste lire l'article d'hier, ça vous posera le contexte en quelques lignes).

C'était une sorte de petit cadeau du destin, ce mail qu'ils m'ont adressé par erreur trois ans et demi plus tard, avec les adresses de tout leur staff en CC, parce qu'à l'époque j'avais ravalé mon orgueil et fermé ma gueule. Par souci de dignité, sans doute. Pourtant, non content de nous l'avoir fait à l'envers du début à la fin, le directeur artistique d'Ankama nous avait giclés par mail, et encore un mail très méprisant, ce qui n'est pas tout à fait la même chose que de prendre son téléphone et d'y mettre les formes. 

Je préciserai par honnêteté que oui, il y avait des problèmes avec mon scénario et les planches. Sauf qu'un éditeur il est justement là pour te sortir la tête du guidon et te dire ce qui ne fonctionne pas a priori, pas pour se branler pendant sept mois et ensuite te virer a posteriori parce qu'il n'aime finalement pas ton travail. Sauf qu'un éditeur il lit le scénario avant de te laisser dessiner les planches, au lieu de te demander de modifier le scénario après que les planches aient été dessinées (ce qui oblige à refaire les planches). Sauf qu'un éditeur il ne t'engueule pas à propos d'une scène parce qu'un truc n'est pas expliqué alors qu'il est expliqué sur la page d'après, sauf que comme elle n'est pas encore dessinée et qu'il n'a pas lu le scénario il n'en sait rien. Sauf qu'un éditeur il ne te dit pas « Oh et à propos il faut que tu traduises mes commentaires en anglais pour le dessinateur et le coloriste parce que moi j'ai pas le temps de leur envoyer des mails ». Sauf qu'un éditeur ne touche pas un salaire d'éditeur pour bosser en fait sur sa BD (pour laquelle il touche un autre salaire), de sorte qu'un jour - après des mois de galères - son assistant t'annonce tout content « Non mais là ça va aller mieux, parce qu'il a décidé de consacrer un jour par semaine au suivi des projets ». 

On me dira ce qu'on veut sur mon scénario, les dessins de German Ponce et les couleurs de German Nobile, nous au moins on a fait notre part du taf ! L'assistant susmentionné aussi, d'ailleurs, a bossé admirablement contre vents et marées.

Je préciserai aussi comme ça en passant qu'on parle du même éditeur qui, dans une interview de 2008, disait : « Maliki, qui voulait sortir son album chez un éditeur pas très recommandable...(rires) ... qui le faisait poireauter, tu vois, c’est horrible de faire cela, signer un projet, et finalement, dire, "ben non, on ne le sort pas". ». 

Ouais, je confirme : c'est horrible, et les éditeurs qui le font ne sont pas très recommandables.

Mais honnêtement, je lui en veux même plus, à ce mec. C'est de l'histoire ancienne, j'ai fini par m'en remettre et même si il n'a pas été réglo sur ce coup-là, ce n'est sans doute pas un mauvais bougre au fond. Tout le monde déconne, des fois, ça arrive aux meilleurs et je lui souhaite sincèrement les meilleures choses voilà c'est dit. Pour autant, puisqu'il me tombait du ciel une occasion de le vanner devant 135 employés et artistes d'Ankama, je n'allais pas non plus m'en priver hi hi.

Et puis ce matin, outre quelques mails de félicitations de la part de quelques auteurs employés ou anciennement employés par Ankama (que j'ai reproduits en commentaires), j'ai aussi reçu un mail ahurissant de ce monsieur, qui m'a arraché un vrai bon gros fou rire :

« Salut Shaomi,
Effectivement ce mail n’aurait pas dû t’être adressé.
Pour ce qui est de ta réponse, j’aimerai savoir de qui tu parles, qui te suivait, qui t’as signé, et de quel projet il s’agissait alors.
Merci de me répondre. »

Hé, Run, gros bouffon, arrête la came ! C'est toi qui m'a signé, c'est toi qui m'a suivi, c'est toi qui m'a viré, c'est de toi que je parle !

J'y répondrai pas à ton mail, je te réponds ici à la place.

(Mais je suis content parce que cette sombre affaire, qui avait si merveilleusement commencé en 2009 puis qui m'avait rendu si malheureux en 2010, se termine finalement par une bonne partie de rigolade et ça, c'est cool :p)

6 commentaires:

Anonyme a dit…

excellent :o) )

Anonyme a dit…

Ah AH HA c'est fou.
Cette société est bizarre quand même, entre rêve et cauchemars.

Marie Dhollande a dit…

Mais comment fais-tu pour rester aussi serein ? Moi je lui aurais ... et puis je lui aurais ... et ensuite je lui aurais .... Enfin bref, tu vois, quoi ! Faudrait surtout que j'aille faire un séjour en Zénitude-Land ! Bravo pour cette jolie prise de distance, et pour l'humour qui va avec ...

Lange Dominik a dit…

Zénitude-Land !
Oui pourquoi pas ?
Parfois mes capacités d'analyses fulgurantes me surprennent moi-même et me jouent de bien mauvais tours en me coupant l'herbe sous le pied (façon de parler bien-sûr) de ce qui aurai dû être ma réaction première de défense normale ou d'instinct premier, face à l'adversité de ce monde...
Mais l'intuition prend bien plus souvent le pas sur l'analyse des situations pour ce qui me concerne, pour preuve ce poème rédigé en anglais en guise de commentaire d'une vidéo d'artiste affiliée à une autre artiste multimédia grecque nouvellement fan de mes propres vidéos postées sur ma propre chaîne vimeo, et que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam !
"So many Portals"
https://vimeo.com/78735917

Hello ...
Did you remember your own birth in this world ?
I don't realy believe in mindfullness power or some kind of New Age ideology and so far already gone crap now days ...
Maybe to much mind enlightment is not a very good issue, if you still want to keep yourself safe and clear of your own personal psychologicals limits, have no doubs who you realy are ?
Which mystery is hidding behind the scene, the meaning of life ?
Why do we come from nothing at all in this world, as living being, and at the end must our life return to this infinite nothingless to the end of all time ?
How many gates have you already open yet until you grows now as you are ?
I feel lost ...
vimeo.com/77127683

Anonyme a dit…

Ah la vache... Pourquoi est-ce que je ne suis même pas étonné ?

Tant qu'on peut encore en rigoler, tout va bien...

Mais quelle bande d'éclopés, quand même. A ce stade, c'est spectaculaire...

Ciao

Lange Dominik a dit…

"Ah AH HA c'est fou.
Cette société est bizarre quand même, entre rêve et cauchemars."

C'est justement l'espace projeté fantasmagorique du cinéma donné a voir et à entendre aux spectateurs, la représentation de ses propres fantômes, ses rêves et ses cauchemars, saisis dans l'entre-deux de la mémoire, entre deux séquences de représentations du réel qui en montrent une troisième qui n'existe même pas sur l'écran de projection, seulement celui imaginaire du précédemment bien nommé spectateur ?
https://vimeo.com/79056324

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...