2 octobre 2013

Les saltimbanques


chaque jour est un ballet de folles
un ballet de folles, oui !
les dissonances se succèdent avec des velléités de climax & nous y travaillons !

chaque jour est un phénomène parlé
un phénomène parlé, oui ! crié gémi exprimé sans vergogne par les apprenties pythies que nous sommes
les popples & le supplice des mille couteaux enfin offerts à tous & la tête de bataille au bout d'une pique !*

chaque jour, ils nous demandent des indices
chaque jour, des indices, oui ! chaque jour est une lutte pour ne pas donner d'indices & conserver notre camouflage
pas d'indices, jamais, ils ne nous décortiqueront pas, ni vivants ni morts ni même entre les deux (mais nous leur livrerons des balivernes...)

chaque jour nous aiguisons nos métiers à tisser
nos métiers à tisser, chaque jour, plus affinés, prêts à effiler vos souvenirs & à en faire des objets
la recette de notre pure confiture c'est qu'il n'y a pas de recette à notre pure confiture & c'est ce qui la différencie de toutes ces autres choses qui sont faites

chaque jour, nous sommes les spectateurs des spectateurs
ils nous faut, chaque jour, oui ! les observer pour en faire le spectacle
ceux qui vous disent le quotidien vous mentent car la fidélité n'apparaît que dans la transformation**

chaque jour, une nouvelle transe, c'est important de remettre des escaliers dans les escaliers
dans les escaliers, chaque jour, oui ! nous essayons de recréer la musique de séoul sans l'avoir jamais entendue
c'est notre ampoule insomniaque au cœur de l'horreur des damiers manufacturés, des outils, des photocopieurs & des guichets

la laideur, chaque jour, nous devons la bouleverser
la travestir, chaque jour, oui ! la laideur des automates
nous n'avons jamais voulu savoir comment marchent les machines afin de les utiliser

nos machines à nous rêvent
oui ! elles rêvent, elles se laissent disloquer par les élans de nos élans & elles se recomposent indifféremment
notre art nous dépasse & nous sommes si humbles que nous avons le droit d'être arrogants !

chaque jour, nous contesterons passivement ce qui est évident mais nous ne nierons rien
chaque jour, voyez par vous-mêmes, oui ! le prologue viendra après l'épilogue
car, croyez-le ou non, nous sommes dans le OUI !

(trois coup)

« ce jour, taisons-nous », dit le grand prêtre & nous nous inclinons
car c'est le jour, oui ! le jour de la remise des éclaboussures !
le public n'est évidemment pas prêt & ce sera la clé de notre nuit des temps***


*offre soumise à conditions
**offre valable jusqu'au jour d'après
***offre pouvant être modifiée à tout moment & sans préavis par le contestataire

10 commentaires:

Lange Dominik a dit…

J'ai comme l'impression que les saltimbanques de nos jours sont les mêmes que ceux qui divertissaient ceux d'hier, c'est à dire du bas moyen-âge, que l'homosapiens, le gentilhomme, le citoyen ou l'abruti de base qui contribue aux rouages économiques politico-financiers et paramilitaires de la société, tous sont restés fondamentalement les mêmes qu'hier dans leur nature profonde ?
Certes hier il n'y avait pas encore de saloperie du genre de Monsanto, de vaches folles, et autres dérèglements sanitaires d'ordre publique ...
L'angoisse d'inquiétantes incertitudes projetées sur l'avenir (et celui de ses enfants...) rend fou les destinés humaines il me semble ?
Il y aura toujours des saltimbanques pour contrarier l'ordre général totalitaire mollement consenti par la majorité !

adsum a dit…

Chaque jour, oui (carpe diem).
"Le vent se lève, il faut tenter de vivre."(Valéry)

Marie Dhollande a dit…

Merci de rajouter pour moi quelques *** après "éclaboussures" ==> JE gratuit sans obligation de crachat ....

Lange Dominik a dit…

"la laideur, chaque jour, nous devons la bouleverser la travestir, chaque jour, oui ! la laideur des automates
nous n'avons jamais voulu savoir comment marchent les machines afin de les utiliser"

C'est un sujet de danse pour une ballerine perdue dans l'effort de son propre dépassement, celui d'une belle performance chorégraphique sans doute ?
http://www.youtube.com/watch?v=9CEr2GfGilw
Pour faire ricocher l'écho une dernière fois ici, une discussion de femmes au sujet de l'intelligence différente !
http://www.youtube.com/watch?v=T-um8lkpCM0
Mais je n'ai toujours pas de réponse philosophique à la question de savoir en quoi consiste réellement sa différence, celle de sa propre singularité ?

le fautographe a dit…

En complément à ma première réaction plutôt lapidaire : je ressens ce texte comme une manière de résistance de la part des "saltimbanques". Dans ce monde en dérive, il y a encore des "poètes" pour faire rêver, réfléchir, méditer, donner forme et sens. Et les "poètes", parce qu'ils sont l'exception, toujours s'opposeront au pouvoir, culturel ou pas, qui est la règle.
N'ai-je pas dit que ce texte est beau, une scansion, et qu'il faut le "redire" pour l'avoir bien en soi ? Et bien voilà, c'est fait !

Chris Bregaint a dit…

(y)

Frederic Camille a dit…

Oeil d'aigle, plume acérée...
et un Style particulier , Très particulier.
A suivre!
Je suis...

Noéllie Casa a dit…

Bel écrit.

Laure a dit…

J'ai toujours aimé cette idée de Saltimbanques, elle me laisse rêveuse... un texte déterminé pour le moins :)et qui semble libératoire.

Anonyme a dit…

Les saltimbanques aussi m'a saisie, même si, au niveau du rythme, je le trouve un peu plus difficile et donc, sans doute, plus intéressant.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...