5 novembre 2009

Karcher mon cul !

Je n'ai jamais été un supporter de Nicolas Sarkozy. Je n'ai pas voté pour lui et ses ambitions m'ont toujours parues davantage au service de ses intérêts propres qu'à celui des intérêts de ses électeurs. Ceci dit, même si mon cœur balance vaguement à Gauche, je me demande parfois si je ne suis pas un mec de Droite qui ne s'assume pas, tant la Gauche me navre continuellement. Ce que je voulais dire c'est que les comparaisons perpétuelles entre Sarkozy et (au mieux) Le Pen et (au pire) Hitler me gavent. Confondre le libéralisme, aussi navrant soit-il (et il l'est souvent !), avec le fascisme ou le nazisme est aussi grossier que les amalgames que font les gens d'Extrême Droite entre le Parti Socialiste français et le Stalinisme. Mais bon, c'est pas de ça que je voulais parler.

Ce dont je voulais parler, c'est des promesses électorales de M. Sarkozy. M. Sarkozy nous a promis de « nous débarrasser de toutes ces racailles » et de « passer les banlieues au karcher ».

Aucun de ces propos ne m'avait choqué à l'époque. Dieu sait qu'il y a des choses qui me choquent chez Sarko, mais pas ces deux phrases. Pourquoi ? Parce que je fréquente suffisamment de gens de Gauche pour savoir qu'ils sont les premiers à se plaindre des « racailles » et de la dérive des « banlieues ». C'est normal. La Gauche est - traditionnellement - humaniste. Je ne vois donc pas au nom de quoi elle tolérerait que des gamins de seize ans agissent en gangsters sexistes ultra-violents, traitant les femmes de « salopes » et agressant physiquement les gens à tours de bras. Le mec de Gauche qui vous dit qu'ils ne sont pas représentatifs de l'immigration : il a raison. Le mec de Gauche qui vous dit qu'ils ont toutes les excuses du monde, dans un pays riche comme le nôtre : il se fout de votre gueule !

J'ai rencontré une fois un éducateur spécialisé qui avait mené des gamins en séjour de vacances en Algérie. Des gamins issus de l'immigration, des « jeunes délinquants », des « durs ». Deux semaines. Deux semaines dans un village empli des valeurs musulmanes (pas islamistes : musulmanes), un village où les gamins n'avaient même pas la télé chez eux, où ils devaient faire dix bornes à pieds par jour pour aller à l'école (et les faisaient)... Le mec me raconte : « sur seize ados soi-disant irrécupérables, quinze sont rentrés dans le droit chemin à leur retour, et un seul a continué ses conneries. »

Tout ça pour dire quoi ? Nous sommes responsables du désastre de nos gosses ? Certes. Ils en sont seuls responsables ? Non. Comme le souligne très bien Pennac dans son dernier livre, comme le soulignera n'importe quel prof de collège qui a fait ses armes en banlieue, ces gosses ont eu le cerveau lavé par la télévision et les marques, et voilà le résultat ! Il n'empêche que quand on a voyagé en Inde, en Chine ou en Mongolie, leurs caprices se révèlent pour ce qu'ils sont : des caprices d'enfants gâtés de pays riches, parce que là-bas aucun ado n'oserait se comporter en « racaille ». Donc, selon moi, il en résulte un double constat : un manque d'éducation ET un manque de discipline.

Mais bon, c'est pas de ça que je voulais parler. Ces bâtards de télévision et de marques, je leur en réserve d'autres sur ce blog, restez connectés.

Ce dont je voulais parler, c'est de ce qui m'est arrivé hier soir. Et oui : cet article est totalement égocentrique. J'assume. À la fois, ce qui m'est arrivé hier soir n'est pas anodin. Pas du tout anodin. Représentatif ? Je sais pas. Anodin : non. Quant au lien avec ce menteur de Nicolas Sarkozy, suivez-moi jusqu'au bout et vous verrez.

Contextualisation : J'habite rue Sainte Catherine à Lyon, au 18, entre deux bars nommés l'Arrosoir et la Taverne du Perroquet Bourré (véridique !!!), donc on a de gros problèmes de tapage et de voisinage, auxquels j'évite habituellement de me mêler vu que j'habite au sixième et que j'entends pas grand chose et que de toute façon, en bon Indien, le tapage je m'en tape. Ah oui, aussi : j'ai une fenêtre (avec barreaux et, bien entendu, rideaux) qui donne sur le palier du côté cour. C'est un détail important pour la suite.

Bref... c'est pas de ça que je voulais parler. Ce que je voulais dire c'est que hier, vers 22h30, je suis au téléphone avec mon oncle, qui me fait le bilan quotidien de la santé de mon père (entre la vie et la mort depuis bientôt un mois), lorsque l'on frappe à ma porte. Je dis à mon oncle « attends deux secondes, ça frappe » et j'ouvre. Je me dis que les voisins veulent du sel ou un truc du genre...

Trois gamins. Et puisque je sais qu'on va me poser la question même si ce n'est vraiment pas le sujet, deux d'origine maghrébine et un caucasien à bouclettes blondes. Trois ados, je dirais seize/dix-sept ans.

Je demande
« - Oui ?
- C'est toi qu'a un appart' qui donne sur la rue ?
- Heu... oui [NDLR : tous les apparts de mon immeuble donnent sur la rue].
- C'est toi qui nous a jeté un verre de pastis dessus par la fenêtre ?
- Non [NDLR : j'aurais du mal, ma fenêtre donne sur le balcon du voisin du dessous].
- Vas-y enculé on t'a vu on sait que c'est toi ! »
Bon là j'avoue je me suis énervé, j'ai manqué de diplomatie : j'ai dis à mon oncle « attend y-a un problème je te rappelle » et j'ai raccroché et je leur ai dit à eux :
- Vous venez pas me parler comme ça sur le pas de ma porte, je vous ai rien jeté dessus, dégagez !!! »

Là, je sais pas trop ce qu'y s'est passé : j'ai du voir l'étincelle de la haine dans leurs yeux, je sais pas, ils ont commencé à me chauffer et j'ai eu le réflexe de leur fermer la porte au nez. Je me souviens juste d'eux répétant « on t'a vu, on sait que c'est toi ».

Alors, tout est parti en sucette, Orange mécanique version 2009 et la porte entre nous : les mecs ont essayé de bloquer ma porte avec leurs pieds, j'ai été plus fort et, une fois la porte fermée, tout a basculé. Coups de pieds sur la porte (qui par miracle n'a pas cédé, c'est vraiment une porte de merde pourtant), et derrière les mecs ont pris les pots de plantes (pas de fleurs, de plantes, genre des gros pots) sur le palier et les ont balancé sur la fenêtre ! Le second miracle étant que la fenêtre ferme mal (ne peut pas s'enclencher) et qu'elle s'est ouverte toute seule et que les débris ont atterri chez moi sans briser les vitres. Les mecs ont continué à balancer tout ce qu'ils ont pu et se sont tirés en courant voyant que j'appelais la police (en même temps que trois autres voisins, apprendrai-je plus tard).

Moralité 1 : plus de peur que de mal, un gros chantier sur le palier (terre et bouts de vases), le plâtre autour de ma fenêtre écroulé, un énorme tapage, et c'est tout.

Moralité 2 : « tu aurais du sortir et les fumer ! ». Ce à quoi je réponds :
- J'ai eu peur, ils étaient trois avec des chaussures et j'étais tout seul pieds nus (je sais que plein de mes lectrices ne voudront plus coucher avec moi après avoir lu ça, mais qu'elles se rassurent, je veux pas coucher avec elles non plus).
- Je suis non-violent par conviction et si je ne suis pas acculé je préfère la fuite (là, les même lectrices voudront de nouveau coucher avec moi mais moi je veux toujours pas, c'est trop tard mesdemoiselles : fallait y penser avant).
- Franchement, j'ai été pris de court (ça arrive même aux meilleurs).
- C'était pas si con, parce que si on s'était battu et que j'avais perdu, ils aurait défoncé mon appartement, cassant tout et partant avec au moins mon ordinateur portable (là, les lectrices qui n'en peuvent plus d'excitation devant mon instinct de préservation du nid sont priées de se souvenir du point numéro un).

Bref, qu'est-ce que ça a à voir avec Sarkozy ?

J'y viens.

Un quart d'heure passe : deux flics par ailleurs très cordiaux arrivent et m'expliquent que c'est bien fâcheux tout ça mais que les mecs ils ne les choperont jamais en dépit des caméras de surveillance dans la rue qui ne servent à rien parce que peu importe à quel point elles sont performantes on a trop de suspects et que je vais perdre au moins deux heures à faire la queue le lendemain si je veux porter plainte donc c'est pas la peine. Je dis « OK, je verrai ».

Aujourd'hui, je me dis que quand même c'est citoyen de porter plainte ne fut-ce que pour le principe et je vais au commissariat.

J'arrive à douze heures trente : « Repassez à treize heures parce que là on va changer de service. »

OK.

Je repasse à treize heures. On me reçoit.

EUX : Monsieur, tentative d'agression et tentative d'effraction ça n'existe pas et acte de vandalisme pour deux pots de fleurs ça compte pas.
MOI : Oui, mais... Enfin si les mecs étaient rentrés j'aurais fini aux urgences.
EUX : Ils ne sont pas rentrés.
MOI : Ils ont essayé de défoncer ma porte, c'est une tentative d'effraction !
EUX : Une tentative d'effraction c'est avec un pied de biche.
MOI : Oui mais ils ont quand même saccagé l'allée et jeté des pots de fleurs sur la fenêtre.
EUX : La fenêtre a été cassée ?
MOI : Non, mais bon...
EUX : Bon, comme vous dites. Donc il n'y a pas lieu de porter plainte, on va faire une main courante.
MOI : Non mais attendez ! Des mecs sont venus frapper à ma porte et ils voulaient me défoncer et ils ont essayé de rentrer chez moi de force et...
EUX : Ils vous ont menacé de mort ?
MOI : …
EUX : …
MOI : Non, mais...
EUX : Si il n'y a pas menace de mort, c'est une main courante.
MOI : Même si...?
EUX : Si il n'y a pas menace de mort, c'est une main courante.
MOI : C'est compté dans les statistiques, une main courante ?
EUX : Non. C'est juste au cas où ils reviendraient, pour avoir une trace.
MOI : …
EUX : …
MOI : Bon ben on va faire ça.
EUX : OK on va faire ça. Par contre le système informatique ne marche pas aujourd'hui, gros bug. Je suis désolé j'y peux rien.
MOI : Oui bien sûr je comprends.
EUX : Vous pouvez repasser demain ?
MOI : Heu... Oui. À quelle heure ça vous arrange pour que je fasse pas la queue ?
EUX : Oh... bon ben... vous travaillez pas, donc neuf heures ça va vous faire lever trop tôt.
MOI : O_O !!! Je travaille pas ?! Mais si, je suis salarié, je... je travaille ! Mais je travaille chez moi donc je peux...
EUX : Disons onze heures et demie ?
MOI : Non mais heu je trav... OK.
EUX (cyniques) : Bon ben passez à onze heures et demie, ça vous laissera le temps de travailler un peu avant.

Entre temps, j'ai contacté une amie juriste. Ils n'ont pas le droit de refuser ma plainte. Mais pour la leur imposer je vais devoir porter plainte contre la police pour refus de recevoir une plainte, mais c'est un terrain glissant...

Mais bon, c'est pas de ça que je voulais parler...

Enfin... si.

Je voulais parler du fait que c'est comme ça que « les chiffres du crime » baissent. C'est pas la faute aux flics, notez : ils ont sans doutes des consignes strictes et je ne suis même pas ironique en disant ça. C'est la faute au putain de Ministère de l'Intérieur. Et pour le coup, puisque M. Sarkozy insiste que c'est lui qui décide et que les autres appliquent, c'est la faute du Président de la République.

Et donc ???

Et donc Nicolas Sarkozy est un menteur et un escroc. Parce que, que l'on ait été d'accord avec ces déclarations ou pas, il avait promis de « passer les banlieues au karcher » et de « nous débarrasser de toutes ces racailles », et que, sept ans après qu'il ait été nommé Ministre de l'Intérieur, deux ans après qu'il ait été nommé Président de la République, les « racailles » continuent de rigoler quand on leur dit qu'on va appeler les flics, et de filer en toute impunité, et les Institutions de la République refusent que l'on porte plainte lorsque l'on est agressé jusque chez soi et grâce à ça, on nous affirme que la criminalité baisse. 

Ce qui, par contre, est la faute des flics, c'est d'humilier les victimes comme ils l'ont fait en affirmant, sans aucune raison, que je ne travaillais pas !

Je n'ai pas encore décidé si j'y retourne demain et si je menace les policiers de porter plainte contre eux si ils refusent de prendre ma plainte. Je me donne la nuit pour réfléchir. Mais je suppose que je vais m'écraser : porter plainte contre la police, c'est porter plainte contre l'État, et porter plainte contre l'État c'est toujours compliqué...

C'est un peu comme ce prof, la semaine dernière, qui a plaqué au sol et accidentellement tué cet ancien élève qui avait pénétré chez lui par effraction, les avait arrosé lui, sa femme et sa petite fille d'essence et sorti un briquet, et qu'on a inculpé pour « homicide volontaire ». Dernier point pour les filles qui veulent plus coucher avec moi : j'aurais passé un des trois mecs par le balcon (j'aurais pu en me jetant fort sur lui), je serais en taule à l'heure qu'il est.

Vive la République, vive la France !

En attendant (mais ce sera le sujet d'un autre article), les jeunes Indiens et Chinois, quels que soient leurs défauts, se souviennent du sens du mot « civilisation ». Pour le moment.

Jusqu'à quand ?

Jusqu'à-ce que McDo et Nike les aient asservis !

24 commentaires:

Baïr Sandjo a dit…

oups ! Eh ben ! tu te lances dans la politik maintenant ? :-)
Bon, sinon, vraiment moche ton bhistoire. Et dis donc, t'habites maintenant rue Ste catherine ?!... quelle idée !
allé, courage, biz !

pamakak a dit…

... je ne crois pas que ce soit une histoire de karcher... Si tu te sens menacé, invoque le trouble de l'ordre public. Puisque tes voisins ont éprouvé cette "gêne", unissez-vous et portez plainte conjointement, "l'union, etc"... BON COURAGE !!! Une piste : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_public

Anonyme a dit…

Jcomprends ta colère de t'être fait agresser, mais je trouve le terme nettoyage au karcher, aussi stupide que les comparaisons dont tu as fait mention plus haut (droit au nazisme) ect...
"passer les banlieue au Karcher", voila c'était la phrase de l'année 2004 (?), c'est vrai qu'en réfléchissant un peu au problème et en extrapolant un peu, on dit :
que la solution c'est l'extermination, mais
si on avait pas parker des familles et communautés entières dans des cages à lapin cité dortoire on aurai pas le phénomène de cité-caumunautarisme racaille qu'on a aujourd'hui ou des mecs à moitié dingues t'agressent pour un rien, parce que vivre comme un animal ça rend dingue, jcomprend que les personnes on approuvé ce "Nétoyage au Karcher" car - et tant mieux pour eux, il ne savent pas ce que c'est de vivre dans une cité - lls ne se penche jamais sur le problème, ce qu'il voient c'est des mecs content qui foutent le bordel, alors que cette révolte n'est que l'expression de la souffrance qui règne dans la pourriture que l'autre à envie de "nettoyé au Karcher",
voila moi ca me désole toujours de voir qu'en réponse a beaucoup d'erreur historique, on généralise pour rendre le problème plus simple, on trouve des solution utopique miracle Monsieur propre Sarkozy et on décide à l'approbation générale "Du grand nétoyage au Karcher", extermination finale, histoire de purifier la race Française - tiens ça me rappelle quelque chose, car je pense, c'est du même niveau, répression, et extermination son les deux mamelles de la France !, oué ben moi jme dis qu'il faudrait peut-être regarder en arrière au lieu de vouloir exterminé ce qui ne va pas, il faudrait peut-être chercher à comprendre, au lieu de tomber dans la généralité, mais ça demande trop des efforts que personne aujourd'hui en France n'est capable de fournir, alors c'est des gens comme toi et moi qui paye, qui se font agresser, par des mecs dingue, qui par manque d'éducation, tombent dans l'ultra violence irrépressible et incontrôlables, ben moi ces mecs moi je les plains, car il n'ont pas d'avenir, et ils le savent, l'égalité des chances c'est un mythe pour eux, la violence reste le seul terrain d'expression dans une société qui fait semblant de ne pas les voir, voila.
Jte répète encore jsuis désolé que tu te soit fait agresser, et ce que j'ai écrit en haut n'excuse en rien leur comportement, mais comme je t'ai dit, je suis un peu allergique aux phrases toutes faites et solutions miracles de nains impuissants.
Glut.

La fille pas sage a dit…

Aheum.
Bises ;-)
(ouai je sais, ça n'a rien à voir avec le sujet, mais ça fait toujours plaisir!)
Très instructif ton petit passage chez les policiers...
Ca craint...
@ bientôt ;-)

Patricia a dit…

Quelle histoire ! ça craint chez toi !!!

Fifi a dit…

Les anecdotes sont nombreuses (moi-même, j'en ai 2 à mon actif) pour dire qu'au moins depuis que Nicolas Sarkozy est passé par l'Intérieur, la plupart des actes de délinquance (dont les cambriolages) ne sont pas déclarés dans les statistiques.
C'était peut-être le cas avant, mais très probablement de façon moins systématique (je n'ai aucun souvenir d'anecdote à ce sujet auparavant).

Et je suis d'accord sur le fait que c'est la télé qui abrutit les gens, à commencer par les "racailles".

maridia a dit…

un grand moment de solitude .......pauvres plantes ..... pourquoi tant de haine ......

Elodie Gallice a dit…

on a porté plainte contre moi parce que je ne disais pas bonjour à une collègue de travail... Y faut qu'on m'explique, c'est le monde à l'envers!l

Esmereldat Brokhouse of Loamsdown a dit…

Alors maintenant, toutes les lectrices qui veulent coucher avec toi...ont ton adresse...!!! p'tit malin va !!!

Rémy Dumont a dit…

On est bien d'accord !

Caroline Robledillo a dit…

kanmèm dingue kill faille attendre de se faire marave pour qu'ils bougent leur cul !... et ce qu'on appelle le "préjudice moral" c que dans les films ?

le14 a dit…

Moi je dirai tout ça à la police...en leur disant que c'est ton droit de porter plainte...tout simplement!!!
Mais enfin, quelle idée d'habiter dans un repaire de pirates?hein? ;-)

Mylene Rutllan a dit…

comme bcpppp

kleber a dit…

J'ai lu et déplore, la violence que tu as pu ressentir, j'ai vu et comprend, la violence qu'ils ont pu engendrer...

Anama a dit…

Tellement à dire et par où commencer hein ? Nous sommes nombreux à être passeés par ce cas de figure, où l'on se demande, qui sont les victimes dans ces histoires rocambolesques !!! Quand tu appelles les flics on te demande d'abord le nom de ton père, celui de ta mère de tes oncles et de tes tantes (presque !!!) avant de pouvoir leur crier "au secours" amenez vous je suis en danger !!! Que nenni...TU AS LE TEMPS DE CREVER mon pote !!! Tant qu'il n'y a pas meurtre, ben tu peux rien faire contre tous ces connards qui nous agressent, et qui eux , par contre, s'en sortent toujours! Je suis contre la violence, mon côté hindouiste sans doute, mais j'avoue que parfois, j'ai envie d'en tuer quelques uns....des flics et des "racailles", des huissiers, des avocats, des administratifs etc... !!!!
Sarkosy ???? C'est qui ???....le système ???? C'est quoi ???? L'humanité ??? Qu'est ce que c'est ???? La loi ??? Ca existe ???!!!!....La discipline ??? Pour qui ????...Le respect d'autrui ??? C'était quand ???!!!....
J'ai l'impression qu'être un citoyen "normal", n'est pas bon de nos jours , que quoique l'on fasse on a jamais raison , ou d'aboutissant positif pour se défendre.Alors on commence à comprendre certaines agressions à des échelles gravissimes pour se faire entendre et faire stopper ce pouvoir malsain géré par les "puissances" mondiales qui écrasent les peuples, qui les exterminent à coup de virus sur la tronche, parce qu'elles leur coûte trop d'argent , monopole et pouvoir des banques et des richesses planétaires mal réparties...mince, ce n'était pas le sujet ici, alors, oui je comprends ta colère, ton coup de gueule...et comme tu as raison.
Je me suis mise à lire certaines de tes "insomnies" et je reviendrai commenter tout ça....y'a de quoi faire et beaucoup à endire yeahhhh

Biz
Sam

Eden Siam a dit…

Bises de réconfort .
Heureusement plus de peur que de mal .
Il y a beaucoup de choses à dire sur ce qui t'es arrivé , je comprends parfaitement ta colère !

Anonyme a dit…

Eh Mad !

viens de lire ton histoire assez affreuse sur ces racailles.
Mais on le sait depuis : les flics ont pour consignes de décourager les gens à porter plainte (pour des "délits" mineurs). Ainsi, ça fait baisser les statisiks sur la délinquance... dingue ! et un peu comme toi, alors que ce Sarko je ne supporte pas ; je me disais : si au moins, il avait en effet, réellement appliqué une vrai politik contre la délinquance ; donné les moyens aux flics et tout au lieu de juste faire de la comm et de sortir de grosses phrases pour carresser l'électorat de Lepen ?!...

Marie Deschaux a dit…

Salut!!!
Ben oui, quelle idée d'habiter rue Ste Catherine??? Moi j'y passe par absolue nécessité... Donc jamais! :)
Même quand j'étais étudiante, je me suis souvent retenue d'y passer seule. Alors y habiter? En même temps faut bien que des gens y habitent!!! :) :) :)
Une amie m'a fait découvrir ton blog et particulièrement cet article. J'aime beaucoup ton écriture. Je laisserai d'autres commentaires au gré de mes lectures.
A plus dans l'bus! :)
Marie

Anonyme a dit…

"Ce que je voulais dire c'est que les comparaisons perpétuelles entre Sarkozy et (au mieux) Le Pen et (au pire) Hitler me gavent"

Il ne s'agit pas de comparer mais de relever tout ce qui procède d'un "héritage". Avant vous et puisque vous n'étiez pas de ce monde avant 1945 et tout juste après, Jacques Ellul a pu dire immédiatement au sortir du conflit "Hitler a gagné la guerre!". Victor Klemperer un professeur juif allemand qui a passé toute la durée de la guerre à Berlin déclare à la fin de la guerre dans son livre sur la LTI, que nous sommes rentrés dans le IVe Reich.
Vous vivez certainement relativement bien dans cette société, assez pour vous sentir "gavé" de certaines comparaisons audacieuses. Mais lorsqu'on entend tirer profit de la mondialisation on est aussi nécessairement responsable des méfaits qu'elle engendre. A savoir, notamment, que 9000 enfants meurrent de malnutritions tous les jours, que les prisons sont peuplés de détenus politiques, que nous sommes sous surveillance permanente et certains faits que vous semblez ignorer et qui révèlent derrière l'écran de fumée la nature véritable de ce régime. "Qui a pu tant en faire ne s'arrêtera pas là" et des lois d'exceptions qui sont étendues à toute la planète, il y a, peu à peu, que nous entrons dans une dictature souveraine dont Debord avait cerné les contours "le destin du spectacle** n'est certainement pas de finir en despotisme éclairé"
(** le spectacle n'est pas seulement la propagande mais un "fait" qui se prouve par le mouvement circulaire)
ogur

Anonyme a dit…

c'est paradoxal ce que tu racontes, parce que d'un côté, bon, apparemment tu n'as même pas eu le droit de pouvoir déposer plainte, donc ces trois garçons ne seront pas appréhendés, et de l'autre côté, on a vraiment l'impression que la tendance générale va vers l'inverse, je veux dire par là que les délits les plus mineurs sont de plus en plus punis, beaucoup d'interdits, des trucs débiles...
d'un côté on veut diminuer les abus d'un système trop sécuritaire, je sais pas si on peut vouloir ça, et d'un autre côté vouloir que tous les méchants aillent en prison, il faut choisir entre le risque qu'il reste des coupables en liberté et celui qu'il y ait des innocents en prison (bon, sans aller jusqu'à la prison, disons impuni-puni).
c'est horrible de vivre dans ce type de société assez insécurisée, ou tu peux subir toutes sortes de trucs assez abominables en sachant que ça restera impuni, mais la solution, je pense, n'est pas d'augmenter la sévérité des mesures de prévention...
coline (la charogne:))

Le Hasard N'existe Pas a dit…

Bravo pour "karcher mon cul!" Entre autres... ;)

Olympia a dit…

Et bien ! Ton histoire est tellement ........ vraie. Oui, quand on va à la police pour déposer une plainte, il faut passer d'abord par Lourdes. Pour retrouver les agresseurs aussi, d'ailleurs. Récemment victime de sms malveillants d'une mineure, j'ai quand même réussi à déposer ma plainte, la personne a été retrouvée mais mineur moins de 13 ans, classée sans suite. Que cette charmante personne vienne en plus s'excuser auprès de moi avec un grand sourire narquois ( du genre je t'eM--------), j'apprécie. Toujours est-il que oui, il y a des ordres pour ne pas prendre en compte les plaintes, juste de mains courantes, plus particulièrement dans les grandes villes. Ici, je suis allée à la gendarmerie : un gendarme super sympa d'ailleurs qui m'a appelé plusieurs fois pour me tenir au courant des avancées de l'enquête. Ce que tu as vécu, pour moi c'est une agression, un point c'est tout. Je suis de gauche aussi mais quand j'entends des trous du ----- de gauche dire qu'il ne faut pas sanctionner parce que ça fait "facho" (et je reste poli), j'ai envie de leur en coller deux, d'aller leur demander d'aller vivre dans un appart en banlieue pour savoir ce que c'est d'avoir la trouille ou d'aller enseigner à une bande de zozos soutenus par les parents pour avoir la paix. J'étais étudiante à Lyon, j'ai habité dans le fameux quartier "Le Mas du taureau" à Vaulx en Velin - pendant les émeutes, je partais le matin, les voitures brûlaient et idem le soir. Oui à la diversité mais une seule loi pour tout le monde : celle qui nous permet de nous respecter les uns les autres. Bises, Olympia toujours lyonnaise de coeur.

Olympia a dit…

Ton histoire c'est ce qui s'appelle "se faire manger la laine sur le dos" !

feu cent feux a dit…

Bon ! Tout ça c'est bien joli, mais il faut aller au ski...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...