4 février 2005

Ce qui meurt















ce qui meurt
est ce qui naît
inattendu
mot clé
pas prévu
sans parachute
la vie
m’a porté
dans ma chute
chut !

ce silence
plein de plein
est abouti
dans la
surprise
éprise
déjà si tôt pourtant qui saura où va

couleurs du son
qui se bercent de diapasons numériques
aboutis les rêves brisés
je sors d’une longue alternative à l’envers

tout était
à l’envers

ne reniant pas
les derniers jours
de cet oasis étrange
plus tard, j’y retournerai
avec du recul
nous aurons meilleure vue sur les flaques
(& les cailloux qu'on y jette)
les tempêtes d’o
les histoires d’o
sur le dos, allongé, ronronnant
le présent
m’étonne
résonne
dans des liens souples
souples
nous sommes
prêts à vivre
arrêter de poser
les mauvaises questions

jade
la plus belle fleur de mon jardin s’est transformée
qui est ?
il arrive parfois que les choses
que de roses
je ne parviens pas à reconsidérer le futur autrement que dans l’expectation
loin la pression
de l’exigence
exigence/expectative
choisir sa religion
finies les prolongations qui n’ont de cesse de recommencer
le début passait la fin
chapitre clôt

t + m = autre
chose
ma chose
a changée
dieu est un saint-bernard
l’écume des jours une bossa nova
l’intérieur est à l’extérieur
l’ampoule ne grillera plus
la conscience des réalités
s’affine en évidentes subtilités

05/10/04

Extrait des choses que vous avez ratées, qui a tout à voir avec les deuils de l'été...
Approprié aujourd'hui, car la mort rode.
Le cycle de la vie, de la mort & de la vie continue, dehors il fait froid, mais le ciel noir cache un soleil...

23 commentaires:

ISA, conteuse et comédienne a dit…

C est très... Très...Très. Je reste pensive.

Plume Plumette a dit…

expliques moi un truc étrange si tu le peux...
au fur a mesure que je lisais tontexte, ma tête s'est mise à pencher bizarrement et j'ai eu envie de le lire a l'envers O_O
pas facile de faire ça sur ma chaise aussi ais je du renoncer mais maintenant du coup j'ai une crampe à la nuque >_<...
je sais, je sais je ----------------> []

Georges Thiéry a dit…

Shaomi...merci pour ce poème!

Anonyme a dit…

très puissant et extrêmement beau

Anonyme a dit…

Mais le ciel noir...en cachait finalement un autre.

Anonyme a dit…

Quoique..............

GIBBON a dit…

Poésie vivante et pleine d'énergie. merci.

Ryko M. a dit…

C'est beau. Je reste dans la perplextative.

Pascal Laure a dit…

Les divagations de Shao Mi qui savent très bien où elles vont !

Noéllie Casa a dit…

joli jeu de mot, un bon texte. bravo.

Michel Turrini a dit…

trés beau

Nijidt a dit…

jolie bossa nova de subtilités pleines de vie........

adsum a dit…

J'aime les 2 premières strophes, leur rythme chaloupé (percussions des mots), mais le reste n'est pas mal non plus (rien que cette phrase :"la conscience des réalités s’affine en évidentes subtilités", pour un texte qui n'en manque pas -de subtilités, veux-je dire)...

L'itinérante a dit…

J'aime beaucoup. J'aime beaucoup cette bossa nova et la meilleure vue sur les flaques et les cailloux qu'on y jette.
Bonjour Shaomi

William Teffaut a dit…

long texte mais avec un rythme génial !

Anonyme a dit…

J'ai beaucoup aimé ton texte

Editioun Friederich-Schmit a dit…

Bien

Jeanny Friederich-Schmit

noel a dit…

:-)

Petrouchkarina Puichaud a dit…

Bravo. C'est très beau !

Francine Fortier Alberton a dit…

(y)

Jean-Louis Chartrain a dit…

C'est plutôt long mais ça passe car c'est bien rythmé. (NB strophe 6 : "qui n'en cessent de..." écrire : qui n'ont cesse de..).

Patatartiner a dit…

Un poème au joli rythme, et aux mots libérés peu à peu du présent... Un poème qui commence à envisager autre chose.
De toutes ces phrases si singulières, j'en ai adoré une, qui m'a fait sourire : "Dieu est un saint-bernard"...

Véronica Ridens a dit…

tu la sors d'ou cette image, elle est superbe !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...